Minima olympiques pour Choquert et record explosé pour Jacquot-Claude à Valence

Minima olympiques pour Choquert et record explosé pour Jacquot-Claude à Valence

Disputé dimanche, le Marathon de Valence a de nouveau accouché d’éminentes performances. À moins de huit mois des Jeux Olympiques, pas moins de 9 athlètes français, 4 femmes et 5 hommes, se sont acquittés des minima pour Paris, parmi eux le Nancéien Benjamin CHOQUERT, qui a pulvérisé son record de plus d’une minute en descendant sous les 2h08 (2h07’41). Gros chronos également pour Émilie JACQUOT-CLAUDE, Augustine EMERAUX-LOMBARD et Chloé REITZ.

Dominé par les Éthiopiens Sisay LEMMA (2h01’48) côté masculin et Worknesh DEGEFA (2h15’51) chez les femmes, le millésime 2023 du Marathon de Valence est tout bonnement historique pour le marathon français, la course ibérique ayant permis à 9 athlètes tricolores de réaliser les minima pour Paris 2024 (soit près du tiers des athlètes sur l’ensemble des disciplines, qui sont présentement au nombre de 28), qui sont de 2h08’10 pour la course masculine et de 2h26’50 concernant l’épreuve féminine.

Après une préparation aux petits oignons, chapeautée par Frédéric FABIANI, son coach depuis une décennie, Benjamin CHOQUERT (Nancy Athlétisme Métropole) a de nouveau répondu présent en réalisant les minima olympiques et a fait passer son record de 2h09’26 à 2h07’41. 2ème du classement général et 5ème Français, l’athlète de 37 ans, papa d’un petit Ulysse depuis quelques semaines, grimpe à la 7ème place des bilans nationaux tous temps.

Nous exalterons également l’auguste performance accomplie par le Meusien Félix BOUR, licencié au Racing Multi Athlon et qui s’entraîne à Reims, 3ème Français et 16ème de l’épreuve en 2h06’45, un an après ses débuts sur la distance (2h10’43 à Valence).

Un peu plus de deux mois après avoir abaissé son record à l’occasion du Marathon de Berlin (2h32’43), Émilie JACQUOT-CLAUDE (Athlé Sports Sarreguemines Arrondissements) a une fois encore retranché plusieurs dizaines de secondes à son chrono le plus rapide. Également 5ème du classement tricolore, la protégée de David DUCHÊNE est désormais titulaire d’un record de 2h31’53.

Nantie d’une performance de 2h45’14 l’an dernier au même endroit pour son baptême du feu, Augustine EMERAUX-LOMBARD (NAM), qui s’entraîne aussi sous la houlette de Frédéric FABIANI, a mis un soufflet de plus de 8 minutes à son temps primordial en bouclant le parcours ibérique en 2h36’36 (10ème Française) et s’est offert la palme de la plus grande progression à Valence parmi les athlètes du Grand Est, au côté du master du COS Villers Anthony ROZALSKI, chronométré en 2h25’34 en 2021 à Paris et désormais détenteur d’un record à 2h16’46. 

Aussi pourvue d’un nouveau record, Chloé REITZ (Athlétisme Metz Métropole), entraînée par Guillaume PLAS, est de même amplement descendue sous les 2h40 et a soustrait deux minutes à son meilleur chrono (2h37’10 contre 2h39’10 l’an passé pour sa première expérience lors de la même course).

Nous retiendrons de surcroît les records des masters Caroline EL HIMER (Alsace Nord Athlétisme, 2h46’42), Noémie LUTZ (AS Cheminots Metz, 2h53’33), Marie NAVACCHIA (Charleville-Mézières Athlétisme, 2h54’22), Anaïs BEUCHET (US Forbach, 2h55’34) et Matthieu KOPOCZ (ES Thionville Yutz, 2h19’42), les probants débuts de Mohamed MOUSSAOUI (Athlé Vosges EC, 2h17’39) et de Pierre FONTANAROSA (A2M, 2h21’17) ainsi que les records d’Alexis HUCK (ANA, 2h18’05) et de Nicolas FENOT (NAM, 2h23’41).

Les dernières actualité de la Ligue