www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
ligue athlétisme région grand est
Actualités
Face au confinement… Clémence BERETTA
Commentez cette actualité
11 Mai 2020 - DD
Face au confinement… Clémence BERETTA

Après son exploit des Nationaux Elite indoor à Liévin (titre et record de France du 3000m marche), Clémence BERETTA a durement encaissé la multiplication des annulations. Mais la marcheuse de l’AVEC a su rebondir et regarde l’avenir avec beaucoup de lucidité… et d’espoir. 

Clémence, quel regard portes-tu sur cette crise sanitaire et toutes ses conséquences ? 

«En tant qu’individu et en tant qu’athlète, j’avoue que j’ai d’abord réagi très égoïstement. Du jour au lendemain, il a effectivement fallu abandonner tous les projets et la stratégie que mon coach et moi avions mis en place pour le déroulement de toute la saison : frustration, déception, tristesse, tous ces sentiments se sont enchaînés et mêlés pendant plusieurs jours. Mais le temps de la réaction négative dépassé, j’ai compris comme tout le monde combien la situation que nous vivons était hors normes, exceptionnelle. D’autant que le nombre de décès ne cessait de croître au fil des heures, avec cet impact, cet effet domino qui se déplaçait de pays en pays, puisque le mal n’a pas frappé au même moment d’un territoire à l’autre. La situation reste terriblement préoccupante quand on voit les dégâts que le covid cause chez les plus démunis comme au Brésil. On a pu voir également les dysfonctionnements qui affectaient certains pays, surtout en Europe. A ma petite échelle, je continue à ressentir beaucoup d’inquiétude avec une espèce de retour des frontières qui signifie que nous sommes peut-être en train de perdre bien des acquis.

Mais à la réflexion, je me dis aussi qu’il faut aussi savoir regarder le verre à moitié plein et tirer des conséquences positives dans une situation véritablement terrible à vivre. Avec ce repli sur nous-mêmes, nous avons été conduits à nous interroger sur notre mode de fonctionnement, et nous avons de la sorte découvert une espèce de confort, et même de bien-être, qu’on ne connaissait pas : le télétravail, l’utilisation de moyens de transport plus écologiques, le recours aux circuits courts pour notre alimentation en produits frais… Il faut espérer que nous parviendrons à en tirer la leçon pour la prochaine sortie de confinement, mais aussi pour notre avenir tout court.» 

Comment as-tu vécu sportivement cette espèce de traversée du désert ? 

«Face à ce fléau, il y a eu deux phases bien distinctes. Tout d’abord, une période compliquée où il a fallu digérer toute la frustration liée à l’annulation, une semaine avant l’événement, des championnats de France des 20 kilomètres. La déception a été terrible de ne pas pouvoir exploiter ce que je considère aujourd’hui encore comme la forme de ma vie, un pic de forme comme je n’en avais jamais connu. Il en a découlé une forme de démotivation où je me disais que plus rien n’avait de sens. Mais une fois surmonté cette étape de réaction très négative et égoïste, j’ai dans un deuxième temps repris les bonnes habitudes. J’ai la chance que la maison familiale soit située tout près de la forêt, et dans le strict respect des consignes, je suis ainsi passée de deux ou trois séances à cinq entraînements par semaine, ou plutôt cinq heures d’entretien physique. Nous mettrons plus d’intensité dès la sortie de confinement dans la perspective des rendez-vous de la fin de l’année.» 

Justement, Clémence, quels sont tes objectifs à court ou moyen terme ? 

«S’il y a des championnats de France Élite fin septembre, je les aborderai comme un objectif intermédiaire auquel je participerai avec la seule volonté de défendre mon titre de l’année passée à Saint-Étienne. Mais les choses sont claires avec mon entraîneur Eddy Riva, l’objectif reste bien les championnats de France des 20 kilomètres à Gien qui ont été reportés à début décembre. Et en toile de fond, je rêve bien évidemment à Tokyo et aux Jeux Olympiques : je pense que j’avais une petite chance d’y participer s’ils avaient été maintenus en 2020. Alors, avec une année de plus, on peut essayer de nourrir quelques espoirs.» 

Alors que le déconfinement se met en place, quel message adresserais-tu au monde de l’athlétisme du Grand Est ? 

«Après avoir vécu cette pénible période de confinement et d’incertitudes, il faut bien évidemment retrouver une réelle motivation, qu’on ait arrêté ou qu’on ait continué l’entraînement. Ces longues semaines de doute et d’angoisse nous ont permis de nous recentrer sur l’essentiel : il faut donc retourner aux fondamentaux et reprendre sans se mettre la pression, avec patience, en essayant surtout de se libérer de la frustration et de se faire plaisir dans notre pratique. Et puis il y aura encore de beaux jours : ça vaut le coup de garder l’espoir.»

les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
22/05 >
19/05 >
15/05 >
14/05 >
08/05 >
05/05 >
02/05 >
29/04 >
29/04 >
24/04 >
21/04 >
17/04 >
16/04 >
16/04 >
11/04 >
07/04 >
06/04 >
01/04 >
31/03 >
27/03 >  (1)
PARTENAIRES






































Les Espaces










Dernière Mise à Jour Jeudi 23/04 23h55
_______________

FIL INFOS


Samedi 12 Septembre
AG FFA
Paris (75)

Samedi 07 Novembre
AG Elective LARGE
Tomblaine (54)
__________