www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
ligue athlétisme région grand est
Actualités
" Eviter la démotivation..."
Commentez cette actualité
29 Avril 2020 - DD
" Eviter la démotivation..."

Derrière les champions se cachent les entraîneurs qu’on oublie souvent d’associer à la réussite de leurs athlètes. Richard WEBER (EFSRA) fait partie de ceux-là, mais les formidables résultats de nombre des marcheurs rémois et d’autres horizons, c’est aussi au grand Richard qu’on les doit.

 

- Quel regard portes-tu sur la situation actuelle.

 

La marche sous toutes ses formes est aujourd’hui le sport n°1 en France avec pas moins de 55% de pratiquants réguliers ou occasionnels. Un chiffre qui donne le vertige lorsqu’on le compare aux 32% que compte la course à pied pourtant très largement médiatisée par les équipementiers et régulièrement mise en scène à travers des événements de masse.

 

Pourtant, ces chiffres encourageants pour la marche ne reflètent pas toute à fais les réalités du terrain. Si plus de 35 million de Français affirment pratiquer la marche, celle-ci relève davantage de la marche de loisir et très loin de la pratique telle que nous l’entendons.

 

Ne nous voilons donc pas la face, aujourd’hui, la marche athlétique ne fait plus recette et il semble loin le temps où les champions de marche frappaient l’imaginaire par leur capacité à arpenter des jours durant le bitume. Loin également l’époque où le public  venait se coller au bord de la piste comme en 1877 à Londres où 70.000 spectateurs s’étaient rassemblés pour assister aux championnats du monde de marche.

 

Pour illustrer la chimère, en 1900 ils étaient 850 marcheurs au départ du Paris-Belfort, dix années plus tard 92 et dans nos dernières éditions, la participation n’excédait pas la vingtaine. Ainsi au fil des années, l’intérêt pour la pratique n’a fait que décroître.

 

Aujourd’hui, les temps ont changé bien que la démocratisation du sport soit incontestable. Mais la multiplicité des activités encore très confidentielles dans les années 80 ont trouvé leurs adeptes et les Français ont considérablement élargi leur palette d'activités.Beaucoup de jeunes extrêmement talentueux avec d’évidentes perspectives sportives n’hésitent plus à changer d’activité après seulement quelques années de pratique, voire de mettre carrément fin à des activités sportives.

 

Le sport en France ne fait plus rêver et ne peut en aucun cas représenter un aboutissement social, et lorsqu’il faut choisir entre les études et le haut niveau, le choix pour un jeune et les parents est vite fait.

 

Un autre élément et non des moindres est que la marche en voulant absolument se réformer avec un règlement extrêmement restrictif, s’est peu à peu éloignée de sa base se consacrant aujourd’hui à une petite poignée d’irréductibles. Alors pour motiver  nos quelques athlètes, la cohésion et le degré d’attirance entre les membres du groupe et leurs entraîneurs est devenue vitale. Se développe ainsi un environnement d’entraînement idéal pour les pratiquants où les encouragements sont sources de motivation qui peuvent favoriser l’assiduité et le dépassement de soi-même avec un sentiment d’appartenance.

 

Alors dans ce nouvel espace, il faut faire avec ce dont on dispose et pour le développement de la discipline, l’enseigner davantage dans les clubs. Un enseignement qui comme pour la course à pied ne nécessite aucun matériel pour son apprentissage.

 

Il faudrait également revenir à l’essentiel en organisant davantage d’épreuves hors stade qui intégreraient également la marche populaire pour s’adapter mieux aux besoins de l’ensemble des pratiquants. Pour exemple, nous avons le challenge Facoetti en région parisienne, le challenge Mario Gatti en Bretagne et dans notre région du Grand Est, le traditionnel critérium marche de Troussey. Des manifestations populaires suffisamment convaincantes avec à chaque fois, plus d’une centaine de participants.

 

Alors en l’honneur de celui qui aura marqué la discipline en passe de devenir un mythe, à quand le challenge Yohann Diniz ?

 

- Comment continues-tu à entraîner malgré le confinement ?

 

Depuis le 16 mars dernier, la France toute entière vit au rythme du confinement décrété par l’État pour tenter d’éradiquer la pandémie du coronavirus. Une situation assez inédite qui interdit les regroupements à plusieurs et conditionne les entraînements individuels à une sortie journalière d’une durée n’excédant pas l’heure et dans la limite de un kilomètre de son domicile.

 

Allant des entraînements pour mes marcheurs à la problématique des stades, parcs et différentes pistes qui sont fermés, ainsi qu’aux commodités que peuvent avoir certains pratiquants selon qu’ils habitent en rase compagne ou en plein centre-ville, rien n’est simple.

 

Dans ces cas de figure, le rôle de l’entraîneur est devenu déterminant, voire essentiel pour éviter la démotivation et le décrochage des plus fragiles.

 

Me concernant, j’ai donc mis en place pour chaque marcheur, un protocole individuel de suivi. Ainsi les athlètes m’envoient chaque fin de semaine leurs bases de données afin que je puisse visionner les activités sportives et j’en fais une synthèse que je renvoie à chacun sous forme de récapitulatif avec des commentaires. Une manière de procéder qui permet d’optimiser au maximum les échanges avec mes athlètes.

 

Par ailleurs, la plupart de mes athlètes sont connectés en réseau via leur montre GPS ce qui me permet de visualiser le volume d’entraînement de chaque marcheur ainsi que  l’intensité, l’assiduité et la régularité.

 

Tout cela peut sembler extrêmement contraignant et ça l’est, mais en même temps, cela  fonctionne très bien et permet aux athlètes de planifier plus librement les entraînements avec une plus grande autonomie.

 

J’ai également pris l’habitude de téléphoner chaque jour à trois ou quatre athlètes pour échanger et souvent les rassurer pour la suite de la saison estivale avec les nombreuses annulations de compétitions.

 

Dans cette situation de fragilité et de doute pour mes marcheurs dont certains ont du mal à se projeter, les contacts réguliers deviennent essentiels pour maintenir l’athlète en éveil et éviter la démotivation. 

 

- Quel message voudrais-tu transmettre aux athlètes ?

 

 

Ce que je voudrais dire à tous nos athlètes, c’est que nous vivons une situation qui est tout à fait inhabituelle et affecte le monde entier.

 

Pour les sportifs, ne plus pourvoir s’entraîner ou s’entraîner a minima et être privé de compétition est bien sûr frustrant. Mais il faut savoir se mettre dans le contexte de l’athlète qui s’est blessé et se trouve dans l’obligation d’abréger pour plusieurs semaines, voire plusieurs mois les entraînements.    

 

Comme je vous l’ai indiqué, c’est une situation tout à fait inédite qui prive les athlètes des compétitions alors qu’ils ne souffrent d’aucune blessure physique. C’est davantage d’une blessure psychologique dont sont victimes le plus grand nombre, d’où l’importance du moment de communiquer plus que de coutume en ne négligeant personne, et de ne laisser personne sur le bord de la route en attendant la rentrée.

 

La fédération et les ligues font le maximum pour donner du sens à la saison estivale même réduite, mais elles sont également tributaires des directives et décisions prises par les politiques pour la réouverture des espaces publics et l’organisation des compétitions.

 

La pandémie est encore présente, mais soyez rassurés, elle prendra fin un jour et nous nous retrouverons à nouveau sur les pistes. Pour les moins optimistes, je leur dirais tout simplement que cette crise est comme une blessure et une saison blanche. Et une saison blanche n’a jamais été synonyme de fin d’une carrière sportive. 

 

les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
16/09 >  (1)
09/09 >
21/08 >
18/08 >
14/08 >
13/08 >
10/08 >
09/08 >
07/08 >
04/08 >
03/08 >
01/08 >
31/07 >
31/07 >
29/07 >
28/07 >
27/07 >
24/07 >
22/07 >
21/07 >
Athle.fr
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
PARTENAIRES






































Les Espaces










Dernière Mise à Jour Vendredi 11/09 12h55
_______________

FIL INFOS


Vendredi 18 Septembre

Châlon-en-Champagne (51)

Samedi 19 Septembre

Bogny-sur-Meuse (08)

Strasbourg (67)

Than (68)

Championnats CD68 Be
Cernay (68)

Samedi 07 Novembre

AG Elective LARGE
Tomblaine (54)
__________